Au hasard d’un chemin, d’une plage : un caillou.

Interprétation, évolution, déformation, transformation.

Puis prendre des empreintes, les assembler, se laisser guider par les lignes.

Se crée alors un volume organique, anthropomorphique, tout en volutes, en pleins et déliés, aux interprétations multiples : des cellules, des bulles, des nuages, des corps, des organes, des viscères… De l’énergie.

Réalisées en pâte de verre, ou pâte de cristal, selon la technique ancestrale de la cire perdue. Le cycle de cuisson prend quelques dizaines d’heures à plusieurs jours.

Après refroidissement, le moule s’effrite, est cassé, révélant la sculpture.

Interviennent ensuite les longues et délicates opérations de finition : nettoyage, ponçage, polissage.

Chaque pièce est donc unique.

La sculpture en pâte de verre se révèle et se joue de la lumière : force, densité, bulles, intensité de la matière…

La lumière transforme la lecture dans un apport de masses mouvantes, d’intensités changeantes, mettant l’accent tantôt sur une courbe, une crête ou un creux, invitant le regard à un parcours toujours différent.

Les courbes, douces et généreuses, vous invitent au toucher.

A la manière des « pierres de rêve », La magie opère, laissez votre imaginaire vous conter une histoire…